Hippisme. Le cheval du joueur de l’ASSE Mathieu Cafaro vainqueur à Chantilly


Comme Antoine Griezmann, Mathieu Cafaro est devenu propriétaire de chevaux. Possédant des trotteurs depuis 2019, l’ailier de l’ASSE est entré dans le cercle hippique des athlètes de haut niveau qui investissent dans le monde des courses. Avec son grand-père, puis son père, le Stéphanois est allé régulièrement sur les hippodromes et avouait récemment : « À force d’aller aux couses, de vibrer, j’ai voulu avoir mes propres chevaux. Aujourd’hui, j’en possède plusieurs et j’en suis fier. »

Le sulky ? Une idée qui fait son chemin

Une satisfaction qui est portée au pinacle samedi 11 mai puisque son cheval prénommé « Jacky », monté par le jockey Sébastien Pasquier, a remporté le prix de Borest grâce à une accélération mi-ligne droite pour terminer en trombe et dominer ses rivaux avec brio. Une première victoire du cheval depuis que Mathieu Cafaro en est le propriétaire (2023), acquise devant toute la crème à Chantilly.

Ce succès a été partagé avec Nicolas Caullery, entraîneur réputé basé dans l’Oise, qui s’occupe également de Batwan, un autre cheval dont le joueur des Verts est co-propriétaire. En juin 2023, « Cafi » et l’entraîneur Nicolas Caullery avaient également célébré un triomphe sur l’hippodrome de Paris Longchamp avec un cheval nommé Chance.

L’ex-Rémois, au départ spécialiste des courses de trot lorsqu’il s’est lancé dans l’aventure, a emmené dans son sillage de nombreux coéquipiers comme Marvin Martin, Alexis Romao ou Eric Vandenabeele avec qui il a investi dans l’acquisition de montures. Voir son cheval l’emporter lui procure la même sorte d’adrénaline que « lorsqu’on inscrit un but », confiait-il sur la chaîne Equidia, ce qui explique que de nombreux de ses partenaires se soient aussi laissés tenter.

Après sa carrière de footballeur, le natif de Saint-Doulchard (Cher) se verrait bien sur un sulky pour assouvir sa passion pour le trot. En attendant, Cafaro devra montrer la voie à Quevilly-Rouen, ce vendredi à l’occasion de la dernière journée de Ligue 2, pour aider ses coéquipiers à lâcher les chevaux. Et tenter de coiffer sur le fil les Angevins pour l’accession en L1.



Lien des sources