« Il y a des logements pas chers ! » : en Pyrénées-Orientales, ce plus beau village de France cherche des habitants


Villefranche-de-Conflent est un village de carte postale, inscrit au patrimoine mondial de l’Unesco par le réseau Vauban, membre des plus beaux villages de France… On y vient en excursion depuis la montagne ou la mer quand la météo n’est pas clémente pour baguenauder dans les rues où les marchands, que l’on dirait du temple, tentent de prospérer. L’histoire pourrait être belle, mais derrière la façade, le maire Patrick Lecroq, ne voit pas les choses de la même manière et a décidé de réagir. « En dépit de son attractivité – notre commune reçoit 800 000 visiteurs par an –, nous perdons des commerces et surtout des habitants. Alors nous allons essayer d’inverser la tendance. »

Le rêve d’un nouvel élan

Dans les années 1950, le village, qui est essentiellement contenu dans les remparts de la cité fortifiée, comptait environ 600 habitants contre 210 aujourd’hui. « Pratiquement 50 % des maisons sont vides, parce que les commerces occupent parfois tout le rez-de-chaussée et qu’il n’y a plus d’accès à l’étage, ou parce que ce sont des résidences secondaires qui ne sont plus utilisées par manque de confort pour satisfaire les jeunes générations », souligne l’élu.

Le village est aussi un des plus pauvres du département avec un revenu fiscal moyen d’un peu plus de 13 500 euros, la moitié du revenu moyen en France. « Comme il n’est pas facile de rénover dans le village, les camions ont du mal à passer par les portes, sans parler des contraintes des Monuments historiques, de nombreux logements son vétustes, donc peu chers, et attirent une population parfois un peu marginale qui vient s’ajouter aux retraités qui vivent là », indique Patrick Lecoq. Il rêve d’un nouvel élan, d’une population plus jeune, plus investie aussi dans la vie quotidienne du village pour venir renforcer la quinzaine d’associations actives et le tiers lieu communal.

« Nous ne voulons pas devenir un village musée », s‘alarme le maire. Alors, il contacte tous les propriétaires de logements vides, pour connaître leurs intentions, rénover ? Vendre ? « Nous ne sommes pas agents immobiliers mais nous voulons donner un coup de projecteur sur les opportunités à saisir dans notre cité. Les agents immobiliers ne mettent pas forcément en avant ce côté village », regrette-t-il. Il y va de sa survie, avis aux amateurs, habitants, commerçants, investisseurs… Villefranche vous attend.



Lien des sources