Inflation alimentaire : Bruno Le Maire met la pression sur les industriels


Le gouvernement va demander aux distributeurs de prolonger le « trimestre anti-inflation ». Bruno Le Marie va rencontrer les grands industriels de l’agroalimentaire ce jeudi pour leur demander de prendre sur leurs marges afin de faire baisser l’inflation, a-t-il annoncé avant une réunion avec les poids lourds de la distribution.

« Nous allons demander un effort à ceux qui font les marges. Aujourd’hui, ce sont les grands industriels de l’agroalimentaire qui font les marges, donc il faut qu’ils participent », a déclaré à la presse le ministre de l’Économie en marge d’une visite au génopôle d’Évry, dans l’Essonne.

« Il faut que les négociations commerciales se rouvrent avec les distributeurs et qu’ils baissent les prix de détail au moment où les prix de gros baissent », a ajouté Bruno Le Maire.

Le ministre a même menacé les industriels qui refuseraient de négocier : « Si jamais les industriels de l’agroalimentaire refusent de rentrer dans cette négociation, ce qu’évidemment je ne peux pas imaginer, nous emploierons tous les instruments à notre disposition, y compris l’instrument fiscal, pour récupérer des marges qui seraient des marges indues faites sur le dos des consommateurs. »

Le ministre de l’Économie souhaite également que le trimestre anti-inflation, qu’il a qualifié de « succès », soit prolongé au-delà du 15 juin. « Il faut qu’on trouve le moyen de prolonger sous une forme ou sous une autre cette opération », a-t-il déclaré, alors que l’inflation alimentaire est encore proche de 15 % sur un an.

L’inflation alimentaire risque de connaître « un pic à 17 % » fin juin

Une opération mise en place avec la grande distribution qui a permis « à des millions de nos compatriotes d’avoir accès à des produits alimentaires dont les prix ont baissé de 13 % au cours des dernières semaines », a indiqué le ministre.

Interrogé sur franceinfo sur ce trimestre anti-inflation, le patron d’Intermarché Thierry Cotillard a déclaré que sa prolongation serait conditionnée à la « participation des industriels à [l’]effort pour baisser les prix », même s’il a annoncé que l’opération allait se poursuivre sur certains produits.

Selon lui, l’inflation alimentaire risque de connaître « un pic à 17 % » fin juin. « Soit on est en capacité d’obtenir des industriels des baisses de leurs tarifs (…) soit il ne se passe rien et l’inflation reste à 17 % », a alerté le patron d’Intermarché.

La réunion du jour ne se fera qu’avec les distributeurs. Une seconde réunion avec les industriels est prévue « dans un second temps », à une date qui reste encore à définir, indiquait Bercy la semaine dernière.

Les dernières négociations commerciales se sont achevées au 1er mars et ont abouti à une hausse moyenne d’environ 10 % des prix payés par les supermarchés à leurs fournisseurs industriels.



Lien des sources