JO 2024 : la RATP sera « au rendez-vous », d’après Jean Castex


Les discussions autour des primes pour les salariés de la RATP pendant les Jeux olympiques et paralympiques viennent tout juste de prendre fin, mardi soir, après plusieurs mois de négociations entre les syndicats et la direction du groupe.

Deux jours seulement après la conclusion de cet accord, le patron de la RATP, Jean Castex, était présent au micro de RTL pour répondre aux inquiétudes concernant le défi majeur des transports pendant la période des Jeux. À 71 jours du coup d’envoi de la compétition, l’ancien Premier ministre apparaît extrêmement confiant dans la capacité de ses salariés à répondre aux besoins spécifiques.

70 % des congés supprimés sur certaines lignes

« Il y a toujours un risque d’incident, vous le voyez au quotidien. Mais je peux vous dire que notre état de mobilisation est maximum. Nous remplissons tous les objectifs que nous nous sommes fixés pour que ce soit une réussite, nous sommes au rendez-vous », assure Jean Castex.

Il rappelle d’ailleurs que chaque jour, ce sont entre 11 et 11,5 millions d’usagers qui voyagent à bord des lignes de métro, tram, RER et bus parisiens, contre les 9 à 9,5 millions attendus pendant les JO, au pic de la fréquentation. « Si on sait faire avec 11 millions, on devrait pouvoir faire avec 9 millions », statue le PDG.

La différence avec les périodes estivales habituelles, c’est que cette fois-ci, de nombreux salariés ont dû renoncer à leurs congés. « Prenons l’exemple de la ligne 9 qui va desservir l’ouest parisien, Roland Garros ou encore le Parc des Princes, 70 % des congés ont été supprimés. » Des congés qui ne peuvent être reportés intégralement au moins de juin ou de septembre pour une question de continuité du trafic.

Au total, 30 000 salariés seront mobilisés pendant les Jeux olympiques et paralympiques afin de s’assurer de la présence de 19 000 d’entre eux chaque jour à leur poste de travail et d’assurer une offre de transport renforcée de + 15 % voire + 30 % le week-end par rapport à un été classique.

« Je sens une motivation »

Un effort significatif des agents qui toucheront en moyenne en compensation une prime de 1 000 euros brut avec des montants qui varient en fonction des secteurs d’activité, des postes ou encore des grades.

Malgré ces écarts importants, le risque de grève semble bel et bien écarté, selon Jean Castex. « Je suis heureux de constater que ces négociations ont abouti. Je sens une motivation, presque une fierté du collectif de la RATP pour réussir ces jeux. Ils ont conscience que notre image de marque est en cause », estime-t-il.

Certains syndicats laissent néanmoins planer le doute sur une possible mobilisation, notamment des employés travaillant en amont des JO et qui ne sont pas concernés par une prime. « Cela appartient aux salariés, déclarait notamment Jean-Christophe Delprat, secrétaire fédéral FO. Les JO sont encore loin et il peut se passer plein de choses d’ici là. » À cela, Jean Castex répond simplement que « les syndicats ont signé » les accords.



Lien des sources