JO Paris 2024 : « Pas loin de ce qu’on trouve à Tahiti », le sable du beach-volley est arrivé au Champ-de-Mars


« Welcome to Copacabana ! » Du sable à perte de vue. Des dunes, des monticules, des quasi-falaises par endroits. Franck de Lorgeril contemple, presque éblouit, l’or jaune qui le fait voyager jusqu’au Brésil. Il manque juste au chef commercial le maillot le bain et les doigts de pieds en éventail. À la place, le quadragénaire a l’intégrale — casque de chantier, lunettes de sécurité, gilet fluo et chaussures coquées — et a surtout beaucoup trop chaud.

Bienvenue à Montgru-Saint-Hilaire, petite bourgade de l’Aisne située à une centaine de kilomètres de Paris. 34 habitants pour 24 ha de sable. De quoi avoir sa plage privée. Sauf que l’or de « Montgru » n’a pas vocation à y rester. Il est expédié partout en France. Dans nos routes, nos bâtiments, nos vitres, nos usines, et cette année, dans un lieu beaucoup plus regardé : sur le Champ-de-Mars, à Paris, au pied de la tour Eiffel, où se tiendront les épreuves de volleyball de plage des Jeux olympiques 2024.



Lien des sources