Patrouilles, recueil de plaintes, vidéo-vigilance… Vers une sécurité renforcée des Champs-Élysées ?


Elle est surnommée la « plus belle avenue du monde » mais est aussi le théâtre d’incivilités et de faits de délinquance réguliers. À l’approche des Jeux de Paris 2024, l’avenue des Champs-Élysées (VIIIe) a vu ses patrouilles se multiplier. Un effort voué à être pérennisé, conformément à l’une des 150 propositions issues d’une étude commandée par le comité des Champs-Élysées, association qui regroupe les 180 acteurs de l’avenue, qu’ils soient privés (Galeries Lafayette, LVMH – par ailleurs propriétaire du Parisien -, Renault…) ou publics (Grand Palais, Petit Palais…), dévoilée ce lundi 27 mai, dont l’objectif est de « réenchanter » la célèbre artère parisienne.

L’axe de près de 2 km a vocation à s’ouvrir davantage aux piétons dans les prochaines années. Afin de « permettre la sérénité de la promenade » le long de ses vitrines et jardins, l’étude partage plusieurs préconisations, à commencer par l’augmentation des patrouilles pédestres et équestres et une multiplication des « expériences d’invitations de policiers européens et internationaux sur l’avenue ». D’autant que celle-ci est visitée par 56 % de publics étrangers.

VidéoSur les Champs-Élysées, les vélos pourraient bientôt prendre de la place aux voitures

Plus de caméras, une unité de gardiens

Depuis des années, la plus connue des voies de Paris évoque chez certains un sentiment d’insécurité. Pour changer la donne et rassurer locaux et touristes, plusieurs mesures sont proposées dans le document de 1 800 pages remis à la Ville. Parmi elles figure l’installation de « points mobiles de recueil de plaintes ou de main courantes gérés par des fonctionnaires parlant plusieurs langues ». Ou encore l’installation d’une « vigie santé-sécurité, ouverte 24/7, équipée du matériel de premier secours, dans un kiosque de l’avenue haute ».

Les Champs-Élysées, ce sont aussi des rues adjacentes, tout un quartier, parfois également sujet à des faits divers, comme ce fut le cas en mai 2023 avec une fusillade mortelle rue de Washington. Aussi, le travail réalisé par 183 experts n’omet pas d’inclure ces artères voisines — qui desservent hôtels et boutiques — aux propositions en matière de sécurité, comme la modernisation des équipements de vidéo-vigilance. Il s’agira, en parallèle, de « coordonner les services de sécurité privée en pied » et « déployer une unité de gardiens de square ».

Ces propositions émises, reste désormais à les mettre en application — ce qui nécessitera une coopération de tous les acteurs. « Nous sommes conscients du caractère stratégique de cette avenue en matière d’ordre public, de sécurité, de circulation, mais également de patrimoine, et il est clair que la préfecture de police et le ministère de la Culture auront légitimement un rôle central dans la mise en œuvre de ces préconisations », affirme Marc-Antoine Jamet, président du comité Champs-Élysées.

De son côté, Jeanne d’Hauteserre, maire (LR) du VIIIe arrondissement, estime que la situation « s’est améliorée » sur l’avenue. « Le phénomène de rodéos sur les Champs-Élysées a été enrayé, relate l’édile. On peut dire qu’on a contenu certaines agressions par rapport à une époque où des touristes se faisaient dépouiller. La vigilance se porte sur les bandes et les problèmes liés à la drogue et le protoxyde d’azote. » « Une nette diminution des atteintes aux biens et aux personnes » que constate aussi le comité de l’avenue, en dépit du récent cambriolage de la boutique Harry Winston « et des difficultés rue de Berri, devant des hôtels ».



Lien des sources