VIDÉO. « Et pour les boosters hip, hip, hip » : ils ont préféré regarder le décollage d’Ariane 6 plutôt que l’Euro


Dans le bar Parisien O’Jason, au cœur du Xe arrondissement de Paris, ça crie à tous les étages ce mardi 9 juillet au soir. À 21 heures pétantes, le rez-de-chaussée s’anime sous les vivats des supporters tricolores survoltés alors que s’ouvre la demi-finale de l’Euro qui oppose la France à l’Espagne. Au sous-sol, l’ambiance est toute aussi électrique alors que s’élance… la fusée Ariane 6 pour son vol inaugural.

« Ça fait dix ans qu’on l’attend », se réjouit Axel, un fan d’aérospatial, heureux d’avoir trouvé un bar qui retransmet le décollage, le « seul de Paris ». Comme lui, une douzaine de personnes, amateurs ou professionnels du secteur, ont répondu à l’appel de Jules sur les réseaux sociaux.

Pour célébrer ce « grand moment », le trentenaire a réservé une partie de l’établissement pour partager la diffusion avec des passionnés. Tout au long de la soirée, des supporters curieux se joignent au petit groupe pour admirer Ariane 6. « C’est historique. Ça montre que la France peut encore faire de grandes choses… Et pas que sur un terrain foot », assure Beydi, un drapeau bleu, blanc, rouge, accroché en cape autour de ses épaules.

Avec son décollage inaugural réussi, les supporters d’Ariane 6 auront passé une meilleure soirée que ceux de l’équipe de France, battue 2-1 par les Espagnols. Ce vol intervient alors que la France n’en a pas effectué depuis plus d’un an, après la mise à l’arrêt d’Ariane 5. Parmi les 30 missions déjà commandées à Arianespace, 18 doivent déployer la constellation Kuiper, le service d’internet par satellite d’Amazon.



Lien des sources