70% des vols annulés à Paris-Orly dimanche




De fortes perturbations sont à prévoir tout le week end à l’aéroport d’Orly. La direction générale de l’Aviation civile (DGAC) a en effet demandé aux compagnies aériennes d’annuler préventivement 70 % des vols qui y étaient programmés dimanche 26 mai, après l’avoir fait pour le samedi 25 mai. Une décision qui fait suite à l’appel à la grève de l’un des principaux syndicats de contrôleurs aériens.

Le point du soir

Tous les soirs à partir de 18h

Recevez l’information analysée et décryptée par la rédaction du Point.

Merci !
Votre inscription a bien été prise en compte avec l’adresse email :

Pour découvrir toutes nos autres newsletters, rendez-vous ici : MonCompte

En vous inscrivant, vous acceptez les conditions générales d’utilisations et notre politique de confidentialité.

Le gouvernement a déploré cette nouvelle grève, un mois après la signature d’un accord salarial avec les contrôleurs aériens. « Je déplore le comportement de quelques agents au niveau local, qui refusent de reconnaître la légitimité d’un accord majoritaire et en font payer le prix aux passagers. J’en appelle à leur responsabilité », a réagi ce vendredi le ministre délégué aux Transports Patrice Vergriete dans une déclaration écrite à l’Agence France-Presse. Pour le ministre, le « dialogue social » avait permis d’aboutir fin avril « à un accord équilibré pour accompagner la modernisation de notre contrôle aérien ».

Le problème des « sous-effectifs »

Mais l’Unsa-Icna, deuxième syndicat représentatif des aiguilleurs du ciel (17 % aux dernières élections professionnelles), appelle également à la grève pour réclamer des « effectifs adéquats ». Selon elle, cette mesure ne serait pas garantie par l’accord signé fin avril entre la DGAC et le principal syndicat des contrôleurs, le SNCTA (60 % des voix).

« Nos managers persistent, pour Orly, dans la pingrerie et les calculs d’apothicaires qui feront rapidement retomber les équipes en sous-effectif », a affirmé l’Unsa-Icna dans un tract. Selon l’organisation syndicale, l’accord signé in extremis fin avril ne résout pas la question des « sous-effectifs » qui se profilent à Orly, selon elle, à l’horizon 2027.

Parallèlement à cette mobilisation de l’Unsa-Icna à Orly, l’Usac-CGT a déposé un préavis de grève du 23 au 30 mai pour protester spécifiquement contre l’affaiblissement du « maillage territorial » prévu selon le syndicat par la réforme du contrôle aérien.




Lien des sources