Alstom décroche le gros lot en Allemagne avec le métro de Hambourg


C’est une très bonne nouvelle pour Alstom. Le constructeur ferroviaire français vient de signer un accord-cadre avec la compagnie allemande des transports publics de Hambourg – la Hamburger Hochbahn. Ce contrat prévoit la construction de 374 nouvelles rames de métro pour un montant total de 2,8 milliards d’euros.

Parmi ces nouveaux trains destinés au grand port de l’Allemagne du nord, 120 rames seront entièrement automatisées. Elles seront équipées de la technologie CBTC (contrôle des trains basé sur la communication), la même qui est actuellement utilisée sur les lignes 1 et 14 du métro parisien. Cette technologie permet un pilotage entièrement à distance depuis un centre de contrôle, ce qui facilite la gestion de la fréquence des trains.

Un intervalle de 90 secondes

Ces rames sont destinées à être exploitées sur la ligne U5, actuellement en construction et longue de 25 kilomètres. Une fois les 23 stations achevées, la ligne pourra fonctionner à intervalles de 90 secondes et transporter jusqu’à 270.000 passagers par jour, assure Alstom.

Les 254 autres rames qui ont été commandées seront semi-automatisées et destinées à remplacer d’anciens trains. La production de ces métros nouvelle génération aura lieu sur le site Alstom de Salzgitter en Allemagne. Le deuxième groupe ferroviaire mondial a prévu de débuter la fabrication en 2026 pour une livraison des premiers véhicules programmée pour début 2028.

Cette commande est un signal encourageant pour Alstom, qui tâche de sortir la tête de l’eau après une très mauvaise passe. En octobre, le groupe avait vu son cours de Bourse s’effondrer de 38 % après la publication de mauvaises surprises financières.

Réaction en bourse

Depuis le rachat en 2020 de son concurrent canadien, Bombardier Transport, Alstom a accumulé les problèmes industriels : tensions sur les chaînes d’approvisionnement, livraisons en retard entraînant décalant les rentrées de trésorerie… Pour sortir de cette crise, le constructeur ferroviaire s’est lancé dans un vaste plan de désendettement de deux milliards d’euros.

L’annonce ce mercredi de la commande allemande a visiblement rassuré les marchés, le cours d’Alstom ayant grimpé de 5,17 % en fin de journée à la Bourse de Paris. « Ce contrat est une étape importante pour Alstom », s’est félicité Müslüm Yakisan, président de la région DACH chez Alstom, dans un communiqué.

Le groupe doit toutefois encore faire face aux retards de livraison de ses TGV. Les TGV-M, commandés par la SNCF en 2018, ne devraient pas être livrés avant 2025. Ils étaient initialement prévus pour les Jeux Olympiques.



Lien des sources