Après l’affaire des airbags, Stellantis rappelle 330.000 véhicules aux Etats-Unis


Voilà qui ne va pas arranger les affaires du groupe piloté par Carlos Tavares. Mercredi, l’autorité américaine de la sécurité automobile a contraint le constructeur automobile de rappeler 332.000 véhicules.

« Un capteur de boucle de ceinture de sécurité peut être mal connecté, empêchant l’airbag du siège avant de se déployer comme prévu », a déclaré la National Highway Traffic Safety Administration (NHTSA) dans un communiqué.

Le rappel concerne certaines Alfa Romeo Giulia 2017-2024, Alfa Romeo Stelvio 2018-2025, ainsi que les modèles Fiat 500X 2019-2023, Jeep Renegade, et Fiat 500E 2024. Les concessionnaires répareront gratuitement les véhicules défectueux, ajoute la NHTSA.

600.000 Citroën C3 et DS Automobiles DS 3 déjà rappelées

Depuis quelques mois, le constructeur enchaîne les rappels pour problèmes de fiabilité. En mai, le groupe franco-italo-américain a annoncé le déploiement de 60.000 véhicules de remplacement, dont 25.000 en France, à destination des clients impactés par des airbags défectueux chez Citroën et DS.

Cette affaire avait pris une proportion énorme : un rappel de plus de 600.000 Citroën C3 et DS Automobiles DS 3 fabriquées de 2009 à 2019, répartis dans une vingtaine de pays du sud de l’Europe, du Moyen-Orient et d’Afrique du Nord. Rien qu’en France, le nombre approche ainsi les 250.000 .

En cause, la présence d’airbags fournis par l’entreprise japonaise Takata , qui a déposé le bilan en 2017 après la révélation de tr ès nombreux cas de blessures graves, voire d’accidents mortels provoqués par la défaillance de son produit.

Seulement 22.000 véhicules français avec une pièce remplacée

Ce défaut aurait causé la mort de plusieurs personnes. Dans l’Hexagone, des enquêtes judiciaires portent sur cinq décès, soit quatre dans les outre-mer et un dans les Hautes-Pyrénées.

En juin 2024, seulement 22.000 véhicules français ont pu voir cette pièce remplacée. A travers le monde, des millions de voitures de nombreuses marques (Mazda, Ford, Honda, BMW) ont fait l’objet de vague de rappel depuis 2014, année du premier accident mortel survenu aux Etats-Unis chez un concurrent de Stellantis, dont le véhicule était équipé d’airbags Takata.



Lien des sources