Distribution : Carrefour pourra enfin entrer chez Cora le 1er juillet


Faute de temps et de moyens pour traiter les dossiers de concentrations, l’Autorité de la concurrence prend des mesures provisoires. Onze mois et demi après l’annonce du rachat de Cora et de Match au groupe Louis Delhaize, Carrefour aura enfin les clés des 60 hypermarchés et 113 supermarchés du nord-est de la France le 1er juillet. Le dossier était encore au stade de la prénotification mi-mai. Il n’a toujours pas été traité au fond . L’antitrust tricolore a cependant donné une dérogation au repreneur afin qu’il commence l’exploitation de son acquisition.

Carrefour annoncera la finalisation de l’opération au 1er juillet. L’Autorité de la concurrence n’attribue de genre de dérogation que lorsque la société achetée se trouve en détresse financière. Cette fois, selon nos informations, non confirmée par l’Autorité qui n’a pas répondu à nos questions, l’institution de la rue de l’Echelle, à Paris, la justifie par la nécessaire « égalité de traitement entre les opérateurs ». Dans un courrier interne que publient sur « X » les « Editions Dauvers » qui ont révélé l’information, la direction de Cora confirme à ses salariés la date du 1er juillet.

500 zones à examiner

Le 31 mai, l’Autorité de la Concurrence a nommé Jérôme Vidal, un ancien de la maison passé au cabinet d’Olivia Grégoire au ministère de la Consommation, à la tête du service des concentrations. Il ne manquera pas de travail. Rien que dans le secteur de la distribution, il devra examiner près de 500 zones de chalandises dans lesquelles la concurrence a changé, les près de 200 sites Cora et Match, mais aussi ceux des quelque 300 Casino vendus à Intermarché, Auchan et au même Carrefour.

Il aura fallu moins d’un mois aux repreneurs de supermarchés Casino pour obtenir le 17 mars la dérogation qui leur permet les changements d’enseigne. La loi prévoit une telle dérogation lorsque la pérennité du vendeur est en jeu. C’était le cas du groupe Casino. Mais permettre à l’équivalent de 3 % du marché français de changer de main immédiatement tout en faisant lanterner Carrefour qui attend les 2,5 % de Cora et Match (soit 5,2 milliards d’euros de chiffre d’affaires) pour doper ses conditions d’achat lors des négociations commerciales 2025 qui débuteront en novembre constituait une forme de distorsion de concurrence.

Carrefour avait besoin de prendre pied chez Cora et Match cet été afin de préparer le quadrimestre de forte intensité commerciale qui s’étend de la rentrée scolaire à Noël en passant par le Black Friday. Les 17.000 employés français du groupe Louis Delhaize attendaient de rejoindre Carrefour. La période d’attente entre l’annonce de la vente le 13 juillet 2023 et sa finalisation n’était bonne ni pour la motivation, ni pour les affaires.

Selon le magazine « LSA », les ventes de Cora ont fléchi de 3 % en 2023. Carrefour va enfin pouvoir les relancer, sans pour autant ignorer que l’examen sur le fond de ce mouvement de concentration, qui finira par aboutir, peut déboucher sur l’obligation de cession de quelques magasins. Mais Intermarché et Auchan encourent le même risque pour leurs Casino.



Lien des sources