En Inde, les conditions de travail décriées des employés d’Amazon


Nous sommes le 16 mai, dans un gigantesque hangar Amazon situé à Manesar, une ville de la grande banlieue de New Delhi. En milieu d’après-midi, les superviseurs de ce gigantesque entrepôt baptisé « DEL 4 », qui emploie 1.500 personnes, rassemblent une quarantaine d’employés et leur font jurer de ne pas utiliser les toilettes ni de prendre de pause pour s’hydrater tant que les objectifs journaliers ne sont pas atteints.

« Un manager est venu et nous a dit que nous étions en retard sur les objectifs. Nous avions 80.000 articles à ranger. Et nous n’étions qu’à 60.000 », raconte Pooja*, une employée de 25 ans présente ce jour-là et que « Les Echos » a pu rencontrer. « Ensuite, il nous a crié dessus et nous a demandé de répéter : ‘Durant les deux prochaines heures, je ne ferai pas de pause. Je n’irai pas aux toilettes’ », poursuit Pooja, dont le travail dans le DEL 4 consiste à pousser un chariot pour ranger, dans 480 bacs répartis dans 250 travées différentes, des articles qui viennent d’être acheminés à l’entrepôt.



Lien des sources