Gabriel Attal, le fantôme de Matignon




Il n’a bénéficié d’aucun régime de faveur. Bien que Premier ministre, Gabriel Attal a été informé en même temps que d’autres membres du gouvernement, dimanche soir, de la dissolution imminente de l’Assemblée nationale. Informé, et non consulté. La différence est de taille.

Depuis, il n’est apparu nulle part. Pas de signe de vie non plus sur les réseaux sociaux, où son dernier post signale l’intervention télévisée du chef de l’État. Aucune indication sur ses intentions électorales : va-t-il être de nouveau candidat dans les Hauts-de-Seine ? Nulle apparition non plus à la télévision : c’est Gérald Darmanin qui a repris le rôle de communicant numéro un au sein de l’exécutif. Il était présent dans les débats des émissions spéciales dimanche soir. Il était aussi l’invité du 20 Heures de TF1…


La newsletter politique

Tous les jeudis à 7h30

Recevez en avant-première les informations et analyses politiques de la rédaction du Point.

Merci !
Votre inscription a bien été prise en compte avec l’adresse email :

Pour découvrir toutes nos autres newsletters, rendez-vous ici : MonCompte

En vous inscrivant, vous acceptez les conditions générales d’utilisations et notre politique de confidentialité.



Lien des sources