Ginette Kolinka, rescapée d’Auschwitz, « ne comprend pas » le choix de Serge Klarsfeld de voter RN face à LFI




« Si même les juifs se mettent du côté de l’extrême droite, on n’en finira jamais. » Ginette Kolinka, rescapée d’Auschwitz-Birkenau, a réagi après la déclaration de l’historien Serge Klarsfeld qui affirme préférer voter pour le Rassemblement national (RN) en cas de duel avec La France insoumise au second tour des législatives. « Je ne comprends pas sa réaction », a déploré l’ancienne déportée, âgée de 99 ans.

La newsletter politique

Tous les jeudis à 7h30

Recevez en avant-première les informations et analyses politiques de la rédaction du Point.

Merci !
Votre inscription a bien été prise en compte avec l’adresse email :

Pour découvrir toutes nos autres newsletters, rendez-vous ici : MonCompte

En vous inscrivant, vous acceptez les conditions générales d’utilisations et notre politique de confidentialité.

« Quand tu vois Klarsfeld qui se met d’accord avec eux, là tu te dis qu’il y a quelque chose qui ne va plus. Si même les juifs se mettent du côté de l’extrême droite, on n’en finira jamais », a-t-elle témoigné auprès de France Info.

L’historien rescapé de la Shoah, Serge Klarsfeld, a affirmé sur LCI samedi dernier qu’il n’aurait « pas d’hésitation » à voter pour l’extrême droite face à un candidat Insoumis au second tour des élections législatives. Selon lui, le parti de Jean-Luc Mélenchon est « résolument antijuif », tandis que le RN « a fait sa mue » et « soutient les juifs ». En réponse à cet argument, Ginette Kolinka estime qu’ils le font « peut-être en parole pour avoir les voix de [leur] corporation ». « Une fois qu’il aura les voix, qu’est-ce qu’il fera ? » a-t-elle questionné. Et de résumer : « On n’arrive pas à croire que l’extrême droite arrive à nous défendre. »

« Si j’ai été déportée, c’est bien parce que l’extrême droite était au pouvoir »

Celle qui a survécu à la barbarie nazie et aux camps de la mort, déportée avec une partie de sa famille en 1944, s’est également exprimée au micro de C à vous, sur France 5. « Si j’ai été déportée, c’est bien parce que l’extrême droite était au pouvoir », déplore Ginette Kolinka. Selon elle, Serge Klarsfeld « a fait énormément de choses pour la société juive alors il ne faut pas l’oublier, je ne l’oublie pas, mais ça ne m’empêche pas de le critiquer ».

« S’allier avec l’extrême droite, je ne le comprends pas », a-t-elle poursuivi, se disant déçue par le choix de l’historien.

« Tout ce qui est extrême est dangereux », a-t-elle insisté auprès de France Info, interrogée sur le Nouveau Front populaire en tant que rempart au Rassemblement national. « Moi, je suis pour la tolérance. Quel est le parti qui te dit “on s’aime tous” ? Je n’en connais pas beaucoup », a-t-elle souligné, avant de conclure : « La haine, c’est déjà un pied à Auschwitz. »




Lien des sources