Jacques Chirac, tour à tour pro et antieuropéen




« Nous devons dire non ! Tout nous conduit à penser que, derrière le masque des mots et le jargon des technocrates, on prépare l’inféodation de la France, on consent à l’idée de son abaissement… » C’était le 6 décembre 1978. Jacques Chirac, maire de Paris et président du RPR, le parti dit « gaulliste », lançait, depuis l’hôpital Cochin où il avait été hospitalisé en urgence après un grave accident de voiture en Corrèze, l’appel dit « de Cochin », rédigé pour lui par deux anciens conseillers du président Georges Pompidou, Pierre Juillet et Marie-Françoise Garaud.

Il s’agissait, par ce discours dont le texte ne serait pas lu à voix haute par l’intéressé mais largement diffusé, de braver le président de la République Valéry Giscard d’Estaing et de contrecarrer, à l’approche des premières él…


La newsletter débats et opinions

Tous les vendredis à 7h30

Recevez notre sélection d’articles tirée de notre rubrique Débats, pour comprendre les vrais enjeux du monde d’aujourd’hui et de notre société

Merci !
Votre inscription a bien été prise en compte avec l’adresse email :

Pour découvrir toutes nos autres newsletters, rendez-vous ici : MonCompte

En vous inscrivant, vous acceptez les conditions générales d’utilisations et notre politique de confidentialité.



Lien des sources