la justice confirme en appel le non-lieu pour les trois gendarmes




Une décision qui « déshonore l’institution judiciaire ». La cour d’appel de Paris a confirmé ce jeudi 16 mai le non-lieu prononcé pour les trois gendarmes qui avaient procédé à l’interpellation d’Adama Traoré en juillet 2016 et après laquelle le jeune homme était mort. La famille d’Adama Traoré se pourvoit en cassation, ont aussi annoncé leurs avocats à l’AFP.

Le point du soir

Tous les soirs à partir de 18h

Recevez l’information analysée et décryptée par la rédaction du Point.

Merci !
Votre inscription a bien été prise en compte avec l’adresse email :

Pour découvrir toutes nos autres newsletters, rendez-vous ici : MonCompte

En vous inscrivant, vous acceptez les conditions générales d’utilisations et notre politique de confidentialité.

Cette décision « déshonore l’institution judiciaire », a commenté dans un communiqué Me Yassine Bouzrou, qui défend la famille de la victime dans cette affaire devenue emblématique des accusations de violences et de racisme visant les forces de l’ordre. « Cette affaire est loin d’être terminée car cette misérable décision fera l’objet d’un pourvoi en cassation et que la France sera condamnée par la Cour européenne des droits de l’homme », a-t-il ajouté.

« Nous nous félicitons que la justice ait à nouveau reconnu la totale innocence des trois gendarmes dont nous savons les qualités humaines et professionnelles irréprochables », ont de leur côté indiqué Mes Rodolphe Bosselut, Sandra Chirac Kollarik et Pascal Rouiller, avocats des militaires.

Sept ans d’enquête

Au terme de sept ans d’enquête, trois juges d’instruction parisiennes avaient, le 30 août 2023, écarté toute charge à l’encontre des trois gendarmes qui avaient interpellé le 19 juillet 2016 à Beaumont-sur-Oise (Val-d’Oise) le jeune homme noir de 24 ans, décédé deux heures plus tard. La famille, qui dénonce de longue date la conduite de l’enquête, avait immédiatement fait appel devant la chambre de l’instruction de la cour d’appel.

Lors de l’audience à huis clos le 15 février, le parquet général avait demandé la confirmation du non-lieu en faveur des gendarmes, relevant « l’absence d’élément matériel comme intentionnel ».

Le ministère public s’appuyait sur le rapport de quatre experts belges en 2021, complété en 2022, qui concluaient que la mort d’Adama Traoré avait été causée par un « coup de chaleur » qui n’aurait toutefois « probablement » pas été mortel sans l’interpellation des gendarmes.

À LIRE AUSSI Affaire Adama Traoré : la mère d’un gendarme mis en cause rompt le silenceAdama Traoré est mort le 19 juillet 2016 dans la caserne de Persan, deux heures après son arrestation à Beaumont-sur-Oise (Val-d’Oise) au terme d’une course-poursuite, un jour où la température avait frôlé les 37 °C. Il avait été interpellé lors d’une opération visant son frère Bagui, suspecté d’extorsion de fonds.

Ses proches, emmenés par sa sœur Assa Traoré, accusent les militaires d’avoir causé sa mort. Ils accusent les gendarmes de n’avoir pas porté secours au jeune homme, qui avait fait un malaise dans leur véhicule et avait été laissé menotté jusqu’à l’arrivée des pompiers.




Lien des sources