la passion solaire de Casarès et Camus




Ce mois de février 1950, Albert Camus (1913-1960) est depuis un mois en villégiature en famille à Cabris, un village près de Grasse, dont son médecin lui a conseillé l’air sec pour lutter contre les séquelles de sa tuberculose. Maria Casarès (1922-1996) est sur les planches, à Paris. Rares sont les jours où ils ne s’écrivent pas, parfois plusieurs fois en vingt-quatre heures.

Leur passion brûle à grand feu, comme en témoigne cette lettre de Maria envoyée le 10 février. Elle ne le sait pas mais, alors qu’elle lui écrit le 10 à 13 heures, il lui écrit de son côté à 15 heures puis à 18 heures, et encore à 22 heures. Elle, après sa première lettre du 10, lui a envoyé une nouvelle missive rédigée à 2 h 30 en rentrant du théâtre. Le samedi, il lui écrit, ainsi que le dimanche et deux fois le l…


La newsletter culture

Tous les mercredis à 16h

Recevez l’actualité culturelle de la semaine à ne pas manquer ainsi que les Enquêtes, décryptages, portraits, tendances…

Merci !
Votre inscription a bien été prise en compte avec l’adresse email :

Pour découvrir toutes nos autres newsletters, rendez-vous ici : MonCompte

En vous inscrivant, vous acceptez les conditions générales d’utilisations et notre politique de confidentialité.



Lien des sources