Législatives sous haute tension : le pari de Macron




La décision d’Emmanuel Macron comporte une apparence de logique. L’annonce de la dissolution lui permet de faire diversion après une défaite sans précédent et lui évite de subir le vote d’une motion de censure contre le gouvernement dirigé par Gabriel Attal. Elle prend acte de son quinquennat mort-né : en l’absence de projet, de stratégie et de majorité, il ne dispose plus des moyens politiques et institutionnels de présider. Elle entend donner une solution démocratique à une crise politique en se tournant vers les citoyens, comme l’ont fait le président Mattarella en Italie en 2022 après l’implosion de la coalition qui soutenait Mario Draghi, Pedro Sanchez en Espagne en 2023 après sa déroute aux élections régionales ou Rishi Sunak au Royaume-Uni qui vient de convoquer des élections lég…


La newsletter politique

Tous les jeudis à 7h30

Recevez en avant-première les informations et analyses politiques de la rédaction du Point.

Merci !
Votre inscription a bien été prise en compte avec l’adresse email :

Pour découvrir toutes nos autres newsletters, rendez-vous ici : MonCompte

En vous inscrivant, vous acceptez les conditions générales d’utilisations et notre politique de confidentialité.



Lien des sources