Les particuliers, une clientèle plus difficile d’accès pour les gérants


Dans la course aux bas de laine des ménages, les sociétés de gestion – et surtout celles qui ne dépendent pas d’un groupe bancaire ou d’assurance – partent avec un handicap certain : elles ne sont pratiquement jamais en contact avec l’épargnant final !

L’enjeu est donc de parvenir à séduire les distributeurs eux-mêmes. Et, en particulier, ceux de l’ assurance-vie, qui reste « le principal robinet d’accès à l’épargne des particuliers pour les sociétés de gestion indépendantes », selon David Kalfon, président de l’une d’elles, Sanso IS.



Lien des sources