l’heure fatidique pour l’Ukraine, alors que les Russes approchent de Kharkiv




La babouchka a toutes ses affaires à ses pieds, dans des sacs en plastique soigneusement noués et des paquets entourés de ficelle. Elle garde dans ses mains les deux cartons les plus précieux : des poussins dans le premier, des chatons dans l’autre. Elle a décidé, bon gré mal gré, d’abandonner sa maison, les chiens et les porcelets à cause des combats qui se rapprochent de son petit village à l’est de Voltchansk. Un crève-cœur.

D’autres civils attendent, comme elle, de monter dans une des trois camionnettes qui les évacueront vers Kharkiv. Les volontaires chargent les bagages à l’arrière des véhicules, un gros chien-loup apeuré et silencieux est du voyage. Des voisins sont venus dire au revoir, rapidement car il ne faut pas rester dans la rue centrale sous les yeux des drones ennemis, au…




Lien des sources