l’influenceuse Poupette Kenza épinglée pour ses propos antisémites




Poupette Kenza est désormais dans le viseur du gouvernement à la suite de propos antisémites. Dans une vidéo diffusée mercredi 15 mai sur Instagram, l’influenceuse de 23 ans avait déclaré à ses abonnés : «  Je vous le dis, au moins c’est clair et net, je suis une pro-palestinienne », avant de poursuivre : «  je ne travaille pour aucune personne sioniste ou juive […], je n’ai aucun partenaire aucun agent qui est juif ou quoi que ce soit ».

Le point du soir

Tous les soirs à partir de 18h

Recevez l’information analysée et décryptée par la rédaction du Point.

Merci !
Votre inscription a bien été prise en compte avec l’adresse email :

Pour découvrir toutes nos autres newsletters, rendez-vous ici : MonCompte

En vous inscrivant, vous acceptez les conditions générales d’utilisations et notre politique de confidentialité.

Face à la polémique rapidement engendrée par ses propos, Poupette Kenza (de son vrai nom, Kenza Benchrif) avait diffusé un nouveau message vidéo dans la soirée. «  Je me suis mal exprimée, j’ai dit que je ne travaillais pas avec les juifs. Nan, les filles, moi je n’ai rien contre les juifs, je n’ai rien contre les chrétiens, je n’ai rien contre les musulmans. C’est juste contre les sionistes et ceux qui financent le génocide […] contre ceux qui cautionnent et défendent ça », s’est expliquée la jeune femme.

«  S’il y a des poupettes qui sont juives, qui me suivent et qui sont contre tout ce qu’il se passe, il n’y a pas de soucis, bienvenue dans la team », a-t-elle conclu en semblant conditionner le soutien de jeunes femmes juives à leur dénonciation de la situation à Gaza.

Son compte désactivé

«  Boycotter des femmes et des hommes en raison de leur identité ou religion, c’est évidemment illégal. Une “influenceuse” s’est à nouveau illustrée récemment. Face à l’antisémitisme, au racisme, je ne laisserai rien passer », a réaffirmé Aurore Bergé, la ministre chargée de l’Égalité entre les femmes et les hommes et de la Lutte contre les discriminations, dans une publication sur X.

Comme demandé par la membre du gouvernement, la Délégation interministérielle à la lutte contre le racisme, l’antisémitisme et la haine anti-LGBT (DILCRAH) a déclaré avoir effectué un signalement au procureur de la république.

Ce jeudi 16 mai, le compte Instagram de Poupette Kenza avait été désactivé, sans que l’on en connaisse la raison.

En août 2023, quelques jours après son déménagement à Dubai, la jeune femme s’était vue infliger une amende de 50 000 euros pour pratique commerciale trompeuse par la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF).




Lien des sources