Marine Lorphelin témoigne à son tour et évoque des « mains baladeuses » et des « des dizaines de blagues de cul »




Elle « regrette de n’avoir rien dit ». Marine Lorphelin, ancienne Miss France et médecin, témoigne à son tour sur le mouvement #MeToo qui touche désormais le milieu hospitalier, après les révélations de Karine Lacombe qui accuse Patrick Pelloux d’être un prédateur sexuel. À la suite de son témoignage, plusieurs personnes ont témoigné sur les réseaux sociaux, dont Marine Lorphelin, qui révèle avoir été victime de « comportements inappropriés » lorsqu’elle effectuait un stage en chirurgie.

Le point du soir

Tous les soirs à partir de 18h

Recevez l’information analysée et décryptée par la rédaction du Point.

Merci !
Votre inscription a bien été prise en compte avec l’adresse email :

Pour découvrir toutes nos autres newsletters, rendez-vous ici : MonCompte

En vous inscrivant, vous acceptez les conditions générales d’utilisations et notre politique de confidentialité.

Dans une vidéo publiée sur son compte Instagram, l’ex-Miss France 2013 remercie « toutes les femmes médecins, soignantes, qui témoignent de ce qui se passe dans les couloirs de l’hôpital », avant d’indiquer en « avoir aussi fait les frais ».

« Je me rappelle d’un stage particulièrement éprouvant. C’était un stage de chirurgie, dans lequel j’étais une des seules femmes. J’étais très jeune, j’avais déjà été élue Miss France, et j’ai eu le droit à des dizaines et des dizaines de blagues de cul graveleuses, des questions sur mon intimité, des mains baladeuses et des comportements vraiment inappropriés », raconte-t-elle.

« On disait qu’il fallait accepter ces comportements »

Marine Lorphelin dit « regretter aujourd’hui » de « n’avoir rien dit ». « J’étais jeune, on disait qu’il fallait accepter ces comportements “habituels”, “normaux”, attribués à des anciens médecins de l’ancienne génération », dénonce-t-elle. Et d’abonder : « Surtout à l’hôpital, on nous dit de pas faire de vague si tu veux qu’on valide ton stage. »

Elle appelle désormais toutes les victimes et témoins à parler, hommes ou femmes, ce qu’il s’est passé avant, mais aussi « de ce qui se passe encore maintenant ». « Tous ensemble, c’est comme ça qu’on va réussir à faire bouger les choses. »

À LIRE AUSSI #MeToo à l’hôpital : Patrick Pelloux, sonné, tente de contre-attaquerL’ancienne ministre de la Santé Roselyne Bachelot s’est également exprimée sur la vague #MeToo qui concerne l’hôpital, et a pris la parole sur les accusations qui vise Patrick Pelloux. Elle a indiqué l’avoir écarté de l’hôpital Saint-Antoine à Paris pour des faits de harcèlement moral.






Lien des sources