Mélenchon « ne sera pas Premier ministre », assure Marine Tondelier




Un candidat choisi au consensus. Jean-Luc Mélenchon « n’est pas le leader du Nouveau Front populaire et il ne sera pas Premier ministre », a assuré Marine Tondelier, ce lundi 24 juin, auprès de l’Agence France-Presse, alors que le leader de La France insoumise se projette à Matignon. Au sein des différents partis qui composent l’alliance de gauche, le PS, LFI, le PCF et Les Écologistes, « il y a un accord pour dire que le Premier ministre devra être trouvé au consensus parmi les différentes forces politiques », a affirmé la patronne des Verts, qui précise que le candidat devra convenir aux quatre partis.

La newsletter politique

Tous les jeudis à 7h30

Recevez en avant-première les informations et analyses politiques de la rédaction du Point.

Merci !
Votre inscription a bien été prise en compte avec l’adresse email :

Pour découvrir toutes nos autres newsletters, rendez-vous ici : MonCompte

En vous inscrivant, vous acceptez les conditions générales d’utilisations et notre politique de confidentialité.

Ce mode de désignation du Premier ministre, en cas de victoire de la gauche aux législatives anticipées, a encore été discuté ce lundi matin par les différents chefs de parti, y compris le coordinateur national de La France insoumise, Manuel Bompard, assure la secrétaire nationale des Écologistes.

« La personnalité qui fait consensus »

« On souhaite avoir la majorité la plus large possible, ça oblige au consensus. Nous allons discuter jusqu’à ce qu’on ait une solution qui aille aux quatre partis », a précisé Marine Tondelier, désireuse de trouver « une personnalité d’apaisement ». « Ce n’est pas contre Jean-Luc Mélenchon, mais nos adversaires politiques utilisent cet épouvantail pour nous décrédibiliser », a-t-elle ajouté.

Au même moment, les responsables socialiste et communiste, Olivier Faure et Fabien Roussel, ont publié sur leurs réseaux sociaux : « Les députés du NFP en lien avec leurs partis choisiront la personnalité qui fait consensus pour rassembler le pays. »

Désistement des Écologistes au second tour pour contrer l’extrême droite

Par ailleurs, Marine Tondelier a également annoncé à l’AFP que les candidats des Écologistes aux législatives se désisteraient au second tour au profit d’un candidat « qui respecte les valeurs de la République » en cas de possibilité de victoire du Rassemblement national.

« À chaque fois qu’un candidat écologiste, membre du Front populaire, arrivera en troisième position, il se retirera au profit du candidat qui respecte les valeurs de la République pour battre l’extrême droite », a-t-elle déclaré, en précisant attendre dorénavant « la même clarté de l’ensemble des forces politiques qui se disent républicaines ».

À LIRE AUSSI Nouveau Front populaire : ce qui se trame derrière le pacte avec le diable MélenchonLes Écologistes sont le premier parti de gauche à donner des consignes de désistement en cas de risque de victoire du RN au second tour des législatives. « Je n’imagine pas que la position d’autres membres du Nouveau Front populaire puisse être différente, mais je laisse les différents chefs de parti communiquer à leur rythme », indique Marine Tondelier.

« Je vois au sein de la majorité des gens qui jouent avec le feu et j’en suis atterrée, c’est inconséquent et l’Histoire s’en rappellera », déclare celle qui est également la conseillère municipale d’opposition à Hénin-Beaumont, fief de Marine Le Pen. « Maintenant qu’on a clarifié les choses sur Jean-Luc Mélenchon, j’imagine que nos adversaires vont clarifier les choses sur le désistement républicain », a-t-elle conclu.




Lien des sources