« on lui a volé son enfance », dénoncent ses parents




Un témoignage bouleversant. Les parents de la jeune fille juive de 12 ans violée à Courbevoie ont pris la parole pour la première fois, ce lundi 24 juin, sur TF1. « Elle a des flash-back. Nous sommes horrifiés des actes abominables qui ont été perpétrés sur notre fille, on a l’impression qu’on lui a volé son enfance », a dit son père, qui s’exprimait sous couvert d’anonymat, le visage dissimulé et la voix modifiée.

Le point du soir

Tous les soirs à partir de 18h

Recevez l’information analysée et décryptée par la rédaction du Point.

Merci !
Votre inscription a bien été prise en compte avec l’adresse email :

Pour découvrir toutes nos autres newsletters, rendez-vous ici : MonCompte

En vous inscrivant, vous acceptez les conditions générales d’utilisations et notre politique de confidentialité.

Mardi 18 juin, deux adolescents ont été mis en examen pour viol en réunion, menaces de mort, injures et violences antisémites. Un troisième mineur, également âgé de 12 ans, a été placé sous le statut de témoin assisté pour les faits de viol.

« L’antisémitisme dans sa chair »

Selon ses parents, la jeune fille a été victime d’un « guet-apens ». « Je ne vois pas comment un garçon qui n’habite pas du tout la ville se retrouve dans le square » près du domicile familial, insiste la mère.​​​​​​ Dans une interview au Point, l’avocate Muriel Ouaknine-Melki, qui représente la jeune fille et ses parents, a dénoncé une « expédition punitive ». Selon elle, les trois adolescents « sont venus au pied de son immeuble, en bas de chez elle, pour la punir de ne pas avoir dit qu’elle était juive ».

La jeune fille a dit aux enquêteurs avoir été traitée de « sale juive ». Selon son avocate, les trois garçons l’ont « accusée d’être un soutien d’Israël et d’être contre la Palestine ». « C’est toute la société qui est malade, c’est tout la société qui doit contribuer à ce qu’on guérisse », insiste la mère. « Notre fille a vécu l’antisémitisme dans sa chair », confient encore ses parents dans une seconde interview accordée au Parisien.




Lien des sources