Qui est Juraj Chintula, mis en examen pour tentative de meurtre sur le Premier ministre slovaque ?




Une tentative d’assassinat qualifiée de « politique ». Robert Fico, Premier ministre slovaque, se trouve toujours dans un état grave ce jeudi 16 mai, au lendemain de son agression. Le chef du gouvernement populiste a été la cible de plusieurs tirs d’arme à feu alors qu’il échangeait avec des personnes qui l’attendaient à la sortie d’une réunion gouvernementale mercredi après-midi.

L’assaillant a été immédiatement maîtrisé par ses agents de sécurité et interpellé par les forces de l’ordre. Il a été mis en examen pour tentative de meurtre, a annoncé le ministre de l’Intérieur de la Slovaquie ce jeudi 16 mai. « La police travaille sur une version unique de l’attaque et le suspect est inculpé de tentative de meurtre avec préméditation », a déclaré Matus Sutaj Estok à la presse, selon des propos rapportés par l’Agence France-Presse (AFP).

Un écrivain connu pour ses poésies

Selon les médias locaux, l’auteur de cette tentative d’assassinat est un écrivain, dont l’opinion politique est marquée à gauche, âgé de 71 ans, Juraj Chintula. « Je pense pouvoir le confirmer, oui », a répondu le ministre de l’Intérieur, Matus Sutaj Estok, à des journalistes qui l’interrogeaient sur l’identité du tireur, qui est selon des médias l’un des fondateurs du club littéraire Duha (arc-en-ciel en slovaque), dans la ville de Levice.

À LIRE AUSSI Slovaquie : Robert Fico et ses casserolesOriginaire du centre de la Slovaquie, Juraj Chintula est l’auteur de plusieurs recueils de poésie. Depuis 2015, il est membre de l’Association des écrivains slovaques, précise Dennik N. Selon le quotidien, ladite association a condamné l’attaque et affirmé que son adhésion serait immédiatement révoquée si les faits étaient confirmés.

Une attaque motivée par des « considérations politiques »

Peu après les faits, cette tentative d’assassinat a suscité de vives réactions et la sidération des dirigeants locaux et européens. En Slovaquie, les ministres de l’Intérieur et de la Santé ont rapidement dénoncé une « agression politique », l’assaillant étant sympathisant du parti d’opposition à Robert Fico. Une hypothèse confirmée par le ministre de l’Intérieur devant la presse ce jeudi. Selon Matus Sutaj Estok, l’attaque était « motivée par des considérations politiques ».

De son côté, le fils de Juraj Chintula a affirmé au site d’information Aktuality.sk que son père avait une arme à feu légalement enregistrée. Interrogé sur ses sentiments à l’égard du Premier ministre, il a simplement répondu que son père n’avait « pas voté pour lui ».

Sur les réseaux sociaux, les médias locaux ont retrouvé plusieurs vidéos du tireur dont l’une, il y a huit ans, où il déclarait paradoxalement : « Le monde est plein de violence et d’armes. Les gens semblent devenir fous. » Il a aussi fondé un « mouvement contre la violence », qui se définit sur sa page Facebook comme « un parti politique émergent dont l’objectif est d’empêcher la propagation de la violence dans la société ».

Le prorusse Robert Fico est revenu au pouvoir en octobre 2023 – une fonction qu’il avait déjà occupée entre 2006 et 2010 et 2012 et 2018. Depuis son retour à la tête du gouvernement, l’ancien communiste de 59 ans a cessé l’envoi de toute aide militaire à l’Ukraine face à l’invasion russe. Son allié au gouvernement, Peter Pellegrini, a remporté en avril dernier la présidentielle face à un candidat proeuropéen.




Lien des sources