« trahison », « collaboration »… Xavier Bertrand réclame l’exclusion d’Éric Ciotti




Xavier Bertrand part en guerre contre Éric Ciotti, qui a proposé une alliance avec le RN. Une « trahison », a dénoncé sur TF1 le président des Hauts-de-France, qui a exigé l’exclusion de Ciotti et de tous les candidats LR aux législatives qui s’allieraient avec le Rassemblement national, appelant à un grand vote des militants pour une « clarification » sur la stratégie à adopter lors du scrutin du 30 juin et du 7 juillet.

La newsletter politique

Tous les jeudis à 7h30

Recevez en avant-première les informations et analyses politiques de la rédaction du Point.

Merci !
Votre inscription a bien été prise en compte avec l’adresse email :

Pour découvrir toutes nos autres newsletters, rendez-vous ici : MonCompte

En vous inscrivant, vous acceptez les conditions générales d’utilisations et notre politique de confidentialité.

« En passant cet accord avec le Rassemblement national, il (Ciotti) a fait le choix de la collaboration avec l’extrême droite », a commencé Bertrand. « Il nous a trahis pour une circonscription, la sienne, pour un poste de ministre. C’est misérable, c’est profondément indigne. C’est le cynisme le plus complet en politique. »

Appel à un vote des militants

Xavier Bertrand met en avant « l’héritage de Jacques Chirac et de Nicolas Sarkozy », d’une « droite républicaine, une droite de résistance, une droite sociale. Les choses ne peuvent pas rester en l’état ce soir ». Selon lui, Ciotti doit « démissionner de ses fonctions de président (des Républicains), tout de suite et il doit être exclu ». Bertrand rappelle que quand Rachida Dati est rentrée au gouvernement, « dans la journée, on l’a exclue, pareil pour Bruno Le Maire, pareil pour Gérald Darmanin. Et là, on va tergiverser ? Éric Ciotti, soit il part tout de suite, soit il est exclu ».

À LIRE AUSSI Le drôle de jeu de Gérald DarmaninXavier Bertrand propose un vote « de l’ensemble des militants des Républicains, tout de suite, pour dire s’ils approuvent ou non le choix de cet accord avec le Rassemblement national » car les Français « doivent savoir quand ils votent, si c’est bien pour une droite républicaine ».

Alors que Jordan Bardella a évoqué un accord avec « plusieurs dizaines de députés » LR, Xavier Bertrand insiste : « S’ils sont soutenus par le Rassemblement national, ils doivent être exclus des Républicains et nous devons, nous, présenter des candidats dans leur circonscription ».

L’ancien ministre de la Santé est loin d’être le seul sur cette ligne. Gérard Larcher, Olivier Marleix (le chef des députés LR), Florence Portelli… La sortie d’Éric Ciotti a provoqué une levée de boucliers dans son camp. Le député de l’Aisne Julien Dive a même filé la métaphore de la collaboration jusqu’au bout, écrivant sur X : « Nous avons désormais qu’en juin 1940, Éric Ciotti n’aurait jamais traversé la Manche #LesRésistants. »




Lien des sources